Les shôjo manga ciblent essentiellement les femmes et les jeunes filles et chose marquante ne sont essentiellement dessinés que par des mangakas féminin. Contrairement au shônen les mangas destinés aux garçons, les shôjos se concentrent sur les relation humaines, les intrigues amoureuses, les émois d’adolescente…. Généralement, ce type de manga relate une histoire d'amour romantique et conventionnelle. On utilise beaucoup les retours en arrière sur l’ enfance ou sur les mois précèdent l’action pour expliquer certaines scènes. J’ai choisi quelques shôjos pour leur auteur ou leur graphisme, ce n’est qu’un aperçu et une sélection complètement arbitraire… Mais ils m’ont touché alors les voici :

Le manga 12 mois

Commençons par le manga 12 mois. La série est achevé et complète, ainsi si vous vous prenez à son charme vous pourrez aller jusqu’au bout, ce qui n’est pas le cas pour toutes les séries de shôjos, malheureusement…. Son auteur, Mari Okazaki est diplômée des Beaux Arts de Tama, elle fera ses débuts dans la publicité puis un peu plus tard elle sort deux albums chez Rapport Comics. C’est Bathroom Guwa qui la fait connaître et qui lui donne sa place dans le monde des Mangakas.

Pendant un temps elle allie son travail dans la pub et les mangas puis finit par choisir sa passion comme travail à temps plein. En 2004 elle commence une série Complément Affectifif inspiré de sa vie professionnelle d’avant les mangas…. C’est jusqu'à ce jour son œuvre la plus importante.

Une page du manga 12 mois

12 mois : C’est l’histoire de jeunes filles au caractère bien trempé et peu étrange… elles sont dans la même école, tout se passe bien jusqu'à l’arrivée d’un garçon… arrivée qui coïncide avec l’été. Beaucoup d’événement se déroulent en parallèle des changements de saisons… Mari Okazaki écrit à propos de ce shôjo : « J´ai eu envie de dessiner les quatre saisons, à travers les fleurs, les herbes, l´humidité etc... J´ai également souhaité montrer les sentiments des gens évoluant au rythme de ces saisons, à leur moindre changement. »

Les 4 mangakas de Clamp

On ne peut pas parler des shôjos (à ce qu’on m’a dit) sans parler de Clamp… C'est une association de 4 mangakas, amies d’enfance animées par la même passion : le dessin et la narration de style manga. Elles décident de créer leur propre studio de création. Cette équipe est composé de OHKAWA Nanase (c’est d’elle que tout est parti : elle a fondé le groupe et elle est la scénariste des mangas) et de APAPA Mokona (elle c’est la partie dessin qui est sa spécialité).

NEKOI Mick est aussi dessinatrice et s’occupe de mangas tel que "J’aime ce que J’aime"... IGARASHI Satsuki pose les trames sur les illustrations et s’occupe des finitions… Une équipe qui gagne et qui a trouvée une véritable harmonie à en juger la qualité de leur production…

Le manga Trèfle

Trèfle est peut etre l'une des meilleurs de leur créations… Il y a des oeuvres intemporelles, qui traversent le temps sans que leurs qualités soient altérées, sans prendre le moindre coup de vieux : Trèfle fait partie de celles-là. Et si la poésie devait être un manga, ce serait sans aucun doute celui-là.

Dans le monde de Trèfle, des êtres naissent avec des pouvoirs extraordinaires, ils sont vite repérés par le gouvernement et pris en charge par celui-ci… Mais seuls quelques initiés sont au courant de cela. Mais un jour une jeune fille dotée de ces pouvoirs extraordinaires est au centre d’une intrigue…. Elle est convoitée par de nombreux opposants au gouvernement et semble cacher un lourd secret.

Tokyo Babylon

Des même auteurs on peut lire Tokyo Babylon, excellente série… dans un autre style que trèfle mais tout aussi passionnante ! Le héros de l’histoire est un jeune garçon de 16 ans qui doit hériter de la charge de son clan car il est le fils du chef défunt. Mais cela ne lui convient pas, il préfère une vie toute simple de gardien de zoo. Il n'a cependant pas le choix, parce qu'il a un don, et sa grand-mère a placé tous ses espoirs en lui. Garçon solitaire et fragile, il porte à bout de bras, la souffrance du monde, naïf et innocent, il ne conçoit pas la méchanceté et quand quelque chose ne va pas, il se blâme toujours avant tout.

La série est constituée de 7 volumes. Les thèmes abordés sont très hétéroclites cela va de la solitude qui génère le mal au rejet des handicapés en passant par les dommages causés par la pression médiatique…

Voila un léger survol de trois shôjos qui m’ont séduite ..

Sayônara !