Le kimono est un dérivé du Kosode (un sous-vêtement japonais), il est très vite devenu l’habit mixte et usuel des nippons. Ce vêtement est souvent considéré par les occidentaux comme une tenue propre à la pratique des arts martiaux... à tort !

Une elève japonaise

Des le 17ème siècle le terme « kimono » correspond à l’appellation du vêtement japonais traditionnel : il est composé de grands rectangles de tissus pliés, le tissu du kimono n’est jamais recoupé : l’art de fabriquer un kimono tient sur la connaissance et la maîtrise du pliage du façonnier. Cet habit est rectiligne, c’est une grande robe ouverte dont le côté gauche se referme sur le côte. Le kimono se porte toujours de cette façon car cela permettait de cacher l’arme porter traditionnellement au coté : le tanto.

Par ailleurs il intéressant de savoir que les défunts sont mis en terre habillés d’un kimono fermé dans le sens inverse. Le obi ferme le kimono, c’est une ceinture de soie qui pour les femmes peut être très très longue (plus de 4 mètres de long) et elle s’attache derrière le dos. Le nœud évolue en fonction des moments où est porté le kimono… les saisons, les événements ou l’âge de la femme qui le porte déterminent sa forme. Le obi qui ceint la taille des hommes est moins large que celui des femmes.

Une elève japonaise

Le kimono a beau être mixte, il existe de nombreuses différences entre ceux de deux sexes. Cette différence est surtout visible au niveau des couleurs et des motifs. Choisir un kimono et le vêtir est lourd de signification, la façon de le porter, les teintes choisies transmettent des messages sociaux extrêmement précis. En effet une femme choisit son habit en fonction de son statut marital, de son âge et de l’occasion.

On peut noter quelques détails qui permettent de décrypter « le sens » du kimono : - Les kimonos aux manches les plus longues sont ceux des jeunes filles. - Les kimonos les plus simples : manches moyennes et teintes sobres sont souvent portés par les femmes mariées. Quelques kimonos traditionnels sont à connaître :

Une elève japonaise

Le Kurotomesode est noir et les motifs sont situés en dessous de la taille. C’est le kimono de cérémonie des femmes mariées. Il est parsemé des cinq blasons de la famille. Le Houmongi est porté tant par les femmes mariées que les célibataires, il est porté lorsque elles rendent des visites.

Les motifs sont essentiellement situés sur les manches et les épaules ainsi qu’en dessous de la taille. Il peut être aussi porter lors de galas, ses motifs sont alors plus voyants.

Une elève japonaise

Par ailleurs le yukata est le kimono qui est le plus porté actuellement. Pour sa texture légère il est porté en été par les hommes, les femmes et les enfants. C’est un vêtement de détente, il est porté chez soi ou lorsque on se rend dans les osen (bain chaud). Ceux des femmes portent des motifs floraux et ceux des hommes des motifs géométriques, les deux sont de teinte indigo.

De manière générale le style du kimono des femmes s’adapte en fonction des saisons. Celui des hommes est beaucoup plus simple et de teinte foncée. Les manches des kimonos masculins sont courtes et cousues en dessous des bras contrairement à ceux des femmes. Les hommes peuvent porter en plus du kimono un hakama : pantalon-jupe et un haori qui est une veste ou encore nommée "tanzen" pour l'hiver. Un homme peut rendre presque n'importe quel ensemble plus formel en portant un hakama ou haori (veste courte).

Le kimono est en soie ou en laine l’hiver et en coton, en lin ou en chanvre pour l’été . Il est accompagné de diverse accessoires tel que l’éventail dont l’utilisation est également mixte. Les peignes, ou épingles à cheveux dont le raffinement est d’être en écaille, en laque ou en ivoire sont réservés aux femmes.

Une elève japonaise

Les japonais portent avec leurs kimonos des Zori. Ce sont des sandales qui peuvent extrêmement raffinées ou très simples, elles sont faite de cuir, de tissu ou de paille tissée. Elles sont hygiéniques car l’air peut circuler librement autour de pied, elles sèchent rapidement ce qui permet de les laver souvent. Elles permettent en outre de se déchausser rapidement en entrant dans les bâtiments traditionnels ou dans les logements. Elles sont portées avec des Tabi ( chaussettes montantes, dont le gros orteil est séparé des autres).

Penchons nous désormais sur la fabrication de ce vêtement ancestral. Il est fait de 8 pièces rectangulaires, taillées dans un même morceau de tissu de 11 mètres sur 36 cm ! Il existe différente façons de teindre le tissu du kimono dont une à base de colle de riz : effectué par grattage de la colle contrairement au "itome norioki" qui lave le tissu à l'eau. Jusqu'à l'époque Edo, les motifs des kimonos dessinés grâce à des pochoirs.

Les Kimonos sont devenus des vêtements très chers, c’est pourquoi il est possible d’en louer, et sachant que mettre un kimono n’est pas chose facile, on peut demander aux barbiers ou coiffeurs de nous aider (service payant…) Le prix d’Un kimono neuf peut s’'éléver à plusieurs milliers d'euros.

Une elève japonaise

Aujourd’hui les japonaises ne portent le kimono que de façon exceptionnelle mais pour rien au monde elles ne feraient l’impasse sur « seijinshiki » jour où elles portent un furisode pour la photo traditionnelle. Le port quotidien du kimono est réservé aux hautes classes de la société (haute bourgeoisie) qui ont les moyens de porter les kimonos dans les règles de l’art… Les kimonos devant correspondre aux phases de la vie (jeunesse, âge mur, etc.) et parfois aux saisons. Voila, pour moi les kimonos symbolisent à eux seuls tout l’art du raffinement japonais !

Sayônara !