Repas japonais

La première des règles est d’enlever ses chaussures avant de s’asseoir, afin de pouvoir le faire de façon traditionnelle. Si beaucoup de restaurants japonais se sont équipés de chaises à l’occidentale, on en trouve encore un grand nombre qui sont munis d’une estrade en bois recouverte d’un tatami, et surmonté de la traditionnelle table basse.

On s’y installe sur des coussins nommés "zabulton". Les femmes s’assoient sur leurs talons (posture officielle ou "seiza") ou plient les jambes sur le côté, les hommes eux sont assis en tailleur sauf lors des moments importants où là ils sont également accroupis en "seiza".

Pour ceux qui ne supportent pas la position accroupie, ils peuvent se mettre au comptoir. C’est considéré comme étant une très bonne place, en effet on peut voir le chef œuvrer et préparer en direct sushi et sashimi… Quand le moment vient de commander, pas de panique, les menus sont souvent traduits en anglais. Si néanmoins aucun menu n’est affiché, voici quelques solutions pour s’en sortir avec la carte.

Repas japonais

Comme en France, on commence par le choix de la boisson, puis vient le choix des sashimis, si les variétés de poissons vous échappent, vous pouvez commander un moriawase (assortiment de poissons). Dans ce cas-là, vous devez préciser le prix que vous comptez mettre pour ce plat.

Si vous entendez « itadakimass » avant de commencer à manger, ne vous inquiétez pas cela veut simplement dire bon appétit ! Sachez aussi que l’on ne trinque pas avec du saké, pour porter un toast, on élève simplement son verre.

Point crucial du déroulement du repas japonais : les baguettes. Bien sûr, on me dit que ne pas savoir s’en servir en tant qu’occidentale n’est pas dramatique, mais j’aimerais bien pouvoir épater mes hôtes…

Alors, il faut déjà savoir qu’elles sont un peu différentes de leurs consœurs chinoises, elles sont plus courtes et plus effilées. Elles ont une extrémité pointue. Autant apprendre avant de partir, car au Japon les couteaux et les fourchettes sont quasi inexistants.

Repas japonais

Les choses à éviter et qu’on serait tenté de faire… On ne doit pas planter sa nourriture avec le bout pointu de la baguette, même si c’est plus facile… On ne doit pas pousser la nourriture du bol vers sa bouche. On ne doit pas designer un objet ou quelqu’un avec.

Par contre, on a le droit de couper un morceau trop gros en se servant des baguettes comme d’un couteau et d’une fourchette. On ne doit jamais poser les baguettes croisées, on les dépose parallèle à côté de l’assiette.

Le riz est préparé de manière à être collant et épais. Les Japonais ne considèrent pas avoir mangé s’ils n’ont pas consommé un bol de riz. Lors d’un repas, on ne sert jamais le riz mélangé à autre chose, il est apporté dans un bol séparé (sauf pour les plats où le poisson cru recouvre le riz).

On ne boira jamais de saké en même temps que le riz. Car le saké étant de l’alcool de riz, les deux aliments sont considérés comme trop proches pour être consommés ensemble.

Repas japonais

Selon la saison, on ne mange pas la même chose. En effet, les plats évoluent en communion avec les saisons. Exemple : le thé et le saké ne sont pas consommés pareillement en hiver et en été. En hiver le corps a besoin d’être réchauffé, donc on les boit chauds. En été, on les boit froids. Pareil pour les nouilles : froides en été et chaudes en hiver.

À propos des nouilles, on m’a parlé de la façon dont les Japonais les mangent… Ils aspirent bruyamment pour manger leurs nouilles, cela n’est ni impoli, ni dégoûtant, c’est juste fortement recommandé pour ne pas se brûler, car elles sont servies très chaudes ! Alors, autant adopter cette coutume nationale, en tout cas, on vous aura prévenus !

Bon, tout ça m’a mis en appétit… en attendant d’être au Japon je vais aller commander quelques sashimis au japonais d’en bas !

Itadakimass !